Redéfinir son logement en pleine pandémie

Redéfinir son logement en pleine pandémie

Depuis l’épidémie, nous ne comptons plus les heures passées à la maison.

Cette crise pourrait être l’occasion privilégiée de repenser son logement, à partir de trois axes de réflexion : le bien-être, l’hygiène et la technologie.


Pour appréhender son espace quotidien, lieu d’hygiène et de bien-être, il est important de définir un espace chambre, un espace cuisine et un espace salle de bain. 


Chacun de ces espaces assure des fonctions bien précises et essentielles. 


Premièrement, la cuisine – devenue indispensable depuis la fermeture des restaurants - doit être un lieu pratique et spacieux. Cherchant à réduire nos déplacements et nos sorties aux supermarchés, on se retrouve confronté à un besoin de rangement accru. 


La chambre doit demeurer un espace dédié au sommeil, à l’évasion et au rêve. Trop de chambres ont été transformées en bureau d’appoint lors du premier confinement…


Enfin, la salle de bain est le lieu de la toilette, donc de l’hygiène. Les architectes se fixent d’ailleurs comme priorité de doter les salles d’eau d’une fenêtre, l’aération naturelle comme l’ensoleillement restant les meilleurs remparts contre les maladies.


Si l’architecte ne peut présumer ce que chaque individu va faire de sa maison, il doit imaginer l’espace sous plusieurs formes/aspects. Un seul et même espace peut, en période de confinement, faire office de salle de classe, de réunion, de gym, ou de cinéma. 


En tout état de cause, l’architecte va veiller à ce que le logement procure une sensation de bien-être et de sécurité à ses habitants. Aussi, ils prennent appui sur de nouvelles technologies, tout en revenant aux fondamentaux que sont la lumière et l’oxygène du dehors. Un espace sain est un espace ouvert sur l’extérieur. 



Acceptez-vous le dépôt et la lecture de cookies ?
(mesure d'audience)